Balance ta citation

Balance ta citation

Je ne sais pas si je vous l’ai déjà dit, mais je voue une grande passion pour les fausses citations.

Vous savez bien… je parle de ces citations qui pullulent sur les RSN ! Celles qui prennent la forme d’une illustration composée d’un beau fond de couleur ou d’une belle photographie (paysages, éléments de la nature, enfants ou bébés animaux, etc.), d’un message fort qui colle souvent à l’actualité et dont on ne peut nier l’universalité, d’une belle typographie et d’un nom d’auteur connu et reconnu… sauf que ces citations sont souvent mal attribuées, voire purement inventées.

Pas de bol pour FranceTvEducation qui a publié dimanche une belle citation sur son compte FB.

Partagée plus de huit cent fois, cette citation de Confucius nous rappelle la nécessité de mettre l’apprenant au centre de l’apprentissage et donc de recourir à la pédagogie active. En voici un principe que nous ne pouvons pas contester…

Ironie de la vie, un jour plus tard, un autre média a fait resurgir cette citation. La saison de 2 d’« Anne with a E » (oui, j’ai du retard; oui, je regarde des trucs de foufous; et oui, j’ai des sources d’information de dingue) se clôture par une Anne Shirley, qui après avoir loué les vertus du progrès et de l’audace, prononce de façon solennelle cette même citation. Autant vous dire que je me suis questionnée… beaucoup questionnée.

Outils : un ordinateur + une connexion Internet + un cerveau en semi-état de fonctionnement (handicap : fin de grippe ==> malus -3 en Int.).

J’ai questionné mon moteur de recherche préféré QwanGle (je ne cite pas de marque) en tapant deux requêtes :

  1. j’ai tapé comme une brute la citation telle qu’elle : « Dis-moi et j’oublierai, montre-moi et je me souviendrai, implique-moi et je comprendrai »,
  2. j’ai refait la même chose, mais en anglais : « Tell me and I forget, teach me and I may remember, involve me and I will learn »
  3. j’ai songeais à le faire en allemand, mais je me suis rappelée que j’étais vraiment nulle dans la langue de Goethe… du coup, je n’ai pas fait de troisième requête (CQFD).

Conclusion :

  • Au bout de 5 minutes de recherche, j’ai pu confirmer mon intuition qui était que Confucius n’avait jamais écrit, dit, pensé ou mimé cette citation,
  • Au bout de 8 minutes, j’ai pu noter 6 attributions différentes des plus générales (proverbe chinois ou amérindien) aux plus précises (Confucius, Xun Zi, Benjamin Franklin, etc.).
  • Au bout de 30 minutes, j’avais suffisamment d’informations pour écrire ce poste…
  • Au bout de trois ans, je pourrais écrire une thèse sur les fausses citations, la publier aux Editions du Coin de la Rue et faire une tournée de dédicace chez Fnacazon (je vous ai dit que je ne citais pas de marques).

Non, Confucius n’a pas écrit cette phrase

D’après les étymologistes et spécialistes de Confucius, le philosophe chinois n’a jamais écrit une telle phrase. L’erreur trouverait son origine dans les similitudes entre notre citation faussement attribuée et une autre citation. Cette dernière est issue du Xunziun ouvrage de philosophie confucéenne (et non pas de Confucius, d’où une confusion confucianiste ^^’), dont l’auteur est Xun Kuang (connu aussi sous le nom de Xunzi ou Xun Zi). Cette citation se trouve dans le volume 8 du Xunzi, intitulé Ruxiao, et plus précisément au chapitre 11 (abréviation 8-11).

« Ne pas entendre n’est pas aussi bon que d’entendre, entendre n’est pas aussi bon que de voir, voir ne l’est pas autant que de savoir, savoir n’est pas aussi bon que d’agir. Le véritable apprentissage continue jusqu’à ce qu’il soit mis en action. » (Trad. MétaDoc faite à partir de la version anglaise)

« Not hearing is not as good as hearing, hearing is not as good as seeing, seeing is not as good as knowing, knowing is not as good as acting; true learning continues until it is put into action. » (Trad. John Knoblock, 1990, 8-11, p. 81)

不闻不若闻之, 闻之不若见之, 见之不若知之, 知之不若行之 (version originale)

Même s’il existe des similitudes entre la citation de Xun Zi et celle attribuée à Confucius (les deux plaident en faveur d’un apprentissage en pratiquant), la version attribuée à Confucius met en avant le concept de mémoire (oublier et se souvenir), alors que celle de Xun Zi ne mentionne rien en ce sens.

Au finalement, cette citation n’est pas de Confucius et son origine chinoise est contestée.

Non, Benjamin Franklin n’a pas écrit ou dit cette phrase

D’après l’étymologiste Barry Popik, Benjamin Franklin ne serait pas plus l’auteur de cette citation. Elle aurait fait son apparition dans les années 1960 dans des ouvrages et des vidéos sur la pédagogie. Pour étayer cette idée, des utilisateurs du forum English Language and Usage (dont Barry Popik est un contributeur actif) ont eu recours à l’application Google Books Ngram Viewer. Cette dernière permet d’observer l’évolution de la fréquence d’un mot ou d’un groupe de mots à travers le temps dans les sources imprimées (application non actualisée depuis 2013). Le graphique ainsi obtenu conforte la thèse de Popik : avant les années 1960, aucune mention n’est faite de cette citation.

Cliquer ici pour consulter la page graphique.

Dans un article publié sur son site The Big Apple, Popik dresse l’historique des différentes sources d’apparition et des différentes attributions de cette citation : de simple phrase sans auteur utilisée à des fins de promotion de la pédagogie active, elle est devenue une citation dont la paternité a changé selon les usages, le public et l’époque.

Ainsi, dans les pays anglophones, elle est largement affiliée à Benjamin Franklin. Selon Barry Popik, la première attribution à Franklin attestée daterait de 1985 dans A Philosophy of the Practice of Dentistry de Lindsey D. Pankey et William J. Davis. A titre indicatif, Benjamin Franklin est mort en 1790. Cela fait beaucoup de temps pour découvrir une phrase d’une telle portée qui aurait été écrite par l’un des pères fondateurs des Etats-Unis… presque 200 ans! Hypothèse peu crédible que le professeur Blaine McCormick confirme. En utilisant le site Franklin Papers (site en OpenAccess permettant de consulter l’intégralité des documents de Benjamin Franklin), il a fait une recherche par occurrence. En résumé, grâce à ce site, il est possible de rechercher un mot ou des groupes de mots dans tous les écrits de Benjamin Franklin. Le résultat fut sans appel : à aucun moment, cette phrase n’apparait.

*
***
*

Voici donc la petite histoire d’une citation qui se voulait grande. Elle est certes jolie, mais n’a jamais été écrite ni par Confucius, ni par Benjamin Franklin… Il s’agit simplement d’un slogan promotionnel.

Pas de panique ! MétaDoc est là pour vous aider!

Avec ma longue expérience de blogging et de forum depuis le début des années 2000 (ça vous dit un truc Ublog, 20six et MySpace… l’époque bénie où on payait au temps de connexion #coupdevieux), j’en ai cumulé quelques casseroles (j’étais jeune et naïve, et oui, j’ai cru aux Bonzaï Kitten). Respirez un grand coup et installez-vous confortablement.

En cas de citation, la démarche à suivre est la même que celle pour une information, c’est-à-dire garder son esprit critique. Aussi, je vous invite à adopter les 5 réflexes que FranceTvEducation propose de suivre… mais qu’ils n’ont pas suivi (je ne me moque pas, je taquine) :

  1. Lire en entier,
  2. Regarder les détails,
  3. Recouper les informations,
  4. Observer l’image,
  5. Vérifier la source.

Si seulement FranceTvEducation me suivait sur Instagram, ils auraient vu mon poste du 12 novembre sur les fausses citations et le fait que les bibliographies sauvent des auteurs (>> ICI <<). Ils auraient alors fait plus attention aux fausses citations.

Allez, sans rancune.
Ça arrive à tout le monde de se tromper … même aux meilleurs.

Un petit tour sur mon Instagram pour voir mes fabuleuses fausses citations …
(taquine et mégalo la MétaDoc, ça promet pour la suite)

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *