Capes Documentation

Penser les censures (3/4) : les bibliothécaires face à la censure

Page de titre du catalogue L’Enfer de la Bibliothèque nationale, publié au Mercure de France en 1913.


La censure est un sujet sensible, pour ne pas dire tabou chez les bibliothécaires (Kuhlmann et all., 1989). En effet, la fonction première des bibliothèques publiques est de permettre la formation citoyenne et l’accès à l’information, au savoir et à la culture. C’est pourquoi leurs politiques documentaires et de développement des collections portent intérêt aux usagers dans un contexte communautaire local et sont fortement tributaire de la politique publique. Il s’agit d’un droit fondamental stipulé dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme (1949), ainsi que dans de nombreux autres textes faisant référence dans la profession : le Manifeste Unesco pour la bibliothèque publique (1994), la Déclaration de Glasgow (2002), le Manifeste IFLA pour l’Internet (2014) pour les références mondiales ; la Charte des bibliothèques français (1991) et la Bib’lib (2015) pour les références françaises. En somme, avouer qu’il existe de la censure au sein des bibliothèques publiques reviendrait à faire l’aveu d’une forme d’échec.

Ainsi, lorsque la question de la censure est abordée dans les publications professionnelles (Bibliothèque(s), BBF, etc.), elle est d’abord entendue comme un sujet qui concerne la littérature et la création littéraire par le biais des grandes affaires de censure (Madame Bovary de Gustave Flaubert, Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire, les écrits du Marquis de Sade, Lolita deVladimir Nabokov, Les Versets sataniques de Rushdie, etc.). Elle est aussi souvent présentée comme une pratique issue d’un autre temps, c’est-à-dire associée à des périodes historiques précises et toujours tumultueuses, à l’instar de l’Ancien Régime, la Révolution française ou encore le Régime de Vichy. Lorsque son cadrage est contemporain, la censure semble toujours s’exercer en dehors de la France [1]. C’est pourquoi, nous pouvons dire que la censure est davantage évoquée, qu’explicitement discutée. Comme l’a écrit Michel Melot, il y a « censures sur la censure » (2008 : 10) !


L’existence de facteurs endogènes aux bibliothécaires

Les réflexions des professionnels des bibliothèques (et de la documentation) en France ne se portent que rarement sur une étude pratique de l’activité censoriale. À ce jour, nous n’avons pas connaissance d’études quantitatives ou qualitatives françaises pouvant rivaliser avec celles faites aux États-Unis et au Canada depuis les années 1950. Par conséquent, l’ensemble des références que nous allons présenter est largement nord-américain, non en raison d’une accointance pour cette aire culturelle, mais par un réel défaut d’équivalent français.

Afin de les présenter, nous avons choisi de nous reporter à l’article de Judith Serebnick « A review of research related to censorship in libraries » (1979). Bien que ce travail soit daté, il continue aujourd’hui à être cité en référence. En effet, la réflexion de Serebnick permet aussi bien d’intégrer les études antérieures à sa parution (Marjorie Fiske [1959], Charles Busha [1971], Claire England [1974], etc.), que celles ultérieures (Réjean Savard [1984], Alvin M. Schrader [1995], Ann Curry [1997], etc.).

Toutefois, il faut garder à l’esprit que les études que nous allons présenter sont fortement contextualisées spatialement et temporellement. Historiquement et culturellement, les pays nord-américains n’entretiennent pas les mêmes rapports que la France vis-à-vis de la religion et des groupes de pressions. Comme l’a démontré Schrader (1995) dans sa recherche sur les plaintes reçues par les bibliothèques publiques au Canada (Québec inclus), la prédominance de la langue influence fortement la fréquence des plaintes et leurs suites au sein des bibliothèques publiques. Ainsi, si le Québec est l’un des endroits du Canada ayant reçu le moins de plaintes entre 1985 et 1987, il s’agit aussi de la province qui cède le plus le pas aux objections formulées par les membres de la communauté (Schrader, 1995 : 85).

Source :CSU Thinkspace

Dans les études s’intéressant à la censure dans les bibliothèques publiques, la pratique censoriale est souvent mise en perspective avec la notion de liberté intellectuelle. Cette dernière incarne la parfaite antithèse de la censure : la liberté intellectuelle caractérise la libre circulation des idées, alors que la censure est la manifestation d’une régulation aveugle et arbitraire des avis et des formes d’expression.


Serebnick constate que cette notion de liberté intellectuelle est sécable (Fiske, 1959 ; Busha, 1971). Autrement dit, elle appelle des attitudes non univoques variant entre une définition théorique et un comportement. En effet, la grande majorité des bibliothécaires nord-américains se prononcent généralement en faveur des principes liés à la liberté intellectuelle. Malgré tout, nombre d’entre eux reconnaissent qu’il est parfois légitime de restreindre, voire d’interdire l’accès à un document. Par ailleurs, les recherches démontrent que la majorité des documents censurés ou restreints d’accès, aux États-Unis ou au Canada, le sont par les bibliothécaires eux-mêmes, sans qu’aucune pression extérieure n’intervienne (England, 1974). Les chercheurs imputent ce comportement à des facteurs endogènes, c’est-à-dire à des raisonnements et réflexions internes à l’individu. Judith Serebnick regroupe ces facteurs endogènes sous l’appellation de librarian variables.

Ainsi, les chercheurs se sont intéressés à identifier les variables internes aux bibliothécaires pouvant expliquer les facteurs endogènes : Busha (1971) et Frihida (1986) en tentant de les corréler à la personnalité autoritaire telle que défini par Adorno [2] ; ou encore England (1974) et McAfee (1993) en s’intéressant à l’estime de soi des bibliothécaires.

Couverture version américaine de Fahrenheit 451


Les facteurs exogènes issus de l’environnement des bibliothécaires

Évidemment, les facteurs endogènes ne sont pas les seuls à entrer en ligne de compte dans les pratiques censoriales. Les recherches ont aussi pointé l’existence d’éléments issus de l’environnement externe aux bibliothécaires, à savoir des facteurs exogènes. Judith Serebnick les a organisés autour de cinq grandes classes :

1° les variables institutionnelles (library variables) regroupent la structure organisationnelle et légale de la bibliothèque. En effet, il a été constaté que l’influence du conseil d’administration sur la politique de développement des collections ou la résolution des plaintes dans les bibliothèques publiques (Fiske, 1959 ; Curry, 1997), la constitution de la bibliothèque en sous-unité ou département (Schrader, 1995), l’existence ou non d’une politique d’acquisition (Fiske, 1959), ou encore la somme budgétaire allouée (England, 1974 ; Leon, 1973) sont des variables pouvant entrer en ligne de compte et orienter les bibliothécaires vers la censure.

2° les variables liées à la communauté (community and community action variables) renvoient aux données de recensement, notamment la taille de la population desservie, l’appartenance socioéconomique et ethnique, etc. Autre variable importante, la présence ou l’absence, au sein de la communauté, de groupes de pression [3] exerçant sur les bibliothécaires des pressions indues afin d’acquérir, de proscrire ou de restreindre l’accès à certains types de documents sont à inclure dans cette catégorie.

3° les variables liées aux principaux acteurs communautaires (community leader variables), à savoir l’influence que peuvent exercer certains membres notables de la communauté sur le développement des collections. En dépit du fait que Serebnick (1979) l’ait évoqué dans sa synthèse, aucune étude ne s’est encore réellement penchée sur cette question.

4° les variables liées aux medias (mass media variables) comprennent entre autres la couverture des incidents de censure par la presse. À l’instar de Marjorie Fiske (1959), certains chercheurs ont tenté de déterminer si l’appui ou l’opposition des médias pouvait avoir une influence sur la résolution des cas de censure. D’après Fiske, l’orientation générale de la presse est largement garante du degré d’orthodoxie prévalant dans la communauté.

5° les variables juridiques et légales (judicial and legal variables) renvoient à la jurisprudence et aux lois existantes en matière de liberté intellectuelle et de censure. Ces dernières instituent un cadre légal auquel les bibliothèques sont tenues de se conformer. Toutefois, aucune recherche en bibliothéconomie ne s’est encore penchée de façon systématique sur les effets de la jurisprudence et de la législation sur le comportement censorial des bibliothécaires, mais nous pouvons supposer qu’elle influencerait fortement les choix d’acquisition ou d’élimination de document.

Comme le pointe l’ensemble de ces études, l’attitude et le comportement des bibliothécaires face à la censure résulte aussi bien de facteurs internes aux bibliothécaires, qu’externes à eux.


[1]. Il s’agit là d’une touche d’ironie, car, comme le lecteur avisé pourra le constater, l’ensemble des travaux et études quantitatives et qualitatives sur la censure, que nous avons trouvé, porte sur l’aire nord-américaine, comme si la France était prémunie face à ce phénomène.

[2]. Il s’agit de mesure le degré de personnalité autoritaire des bibliothécaires en partant du postulat que plus l’individu est autoritaire, plus importantes sont ses propensions à censurer.

[3]. Le terme de groupe de pression est à entendre au sens de lobby. Cependant, dans les pays anglo-saxons, le lobby ne revêt pas la connotation négative qu’il a en France. Au Canada ou aux États-Unis, par exemple, les lobbies font partie constituante des fondements démocratiques et font partie intégrante de la vie politique. Alors qu’en France, les termes de lobby et groupe de pression sont associés à une logique corporatiste.



Bibliographie (complète de la série)

Bachelard, G., 1965. La Formation de l’esprit scientifique. Paris : Librairie philosophique J. Vrin.

Bardin, Laurence, 2013 (1977). L’analyse de contenu. Paris: PUF.

Barthes, R. (1978). Leçon : Leçon inaugurale de la chaire de sémiologie littéraire du Collège de France -prononcée le 7 janvier 1977-. Paris : Seuil

Barthes, R., 1957. Mythologies. Paris : Seuil.


Bécourt, D., 1961. Livres condamnés, livres interdits. Paris : Cercle de la librairie.

Benveniste, E., 1969. Le Vocabulaire des institutions indo-européennes : 2. Pouvoir, droit, religion. Paris : Minuit.

Birn, R., 2007. La Censure royale des livres dans la France des Lumières. Paris : Odile Jacob.

Birou, A., 1966. Vocabulaire pratique des sciences sociales. Paris : Ouvrière.

Blanchet, A. et Gotman, A., 2007. L’Enquête et ses méthodes : l’entretien. Paris : Armand Colin.

Bourdieu, 1980. « La censure » In Questions de sociologie. Paris : Minuit.

Bourdieu, P., 1979. La Distinction. Paris : Minuit.

Bourdieu, P., 2001. Langage et pouvoir symbolique. Paris : Seuil.

Bump, M. M. 1981. Censorship practiced by high school librarians prior to (actual) book selection. Thèse de doctorat : Kansas State University.

Busha, C., 1971. The Attitudes of Midwestern Public Librarians Toward Intellectual Freedom and Censorship. Thèse de doctorat : Indiana University.

Calenge, B., 2008. « Le pourquoi du comment : censure et politique d’acquisition ». In Bibliothèque(s), n°41/42, p. 14-18.

Callison, D., 1990. « A Review of the research related to school library media collections: Part I ». In School Library Media Quarterly 19(1), n°57–62.

Castells, Manuel, 2006. « Émergence des « médias de masse individuels » ». In Le Monde diplomatique, août 2006, p. 16 – 17.

Champagne, P. et Marchetti, D. (dir.), 2002. « Censures visibles, censures invisibles ». In Dossiers de l’audiovisuel, vol 106.

Coley, K., 2002. « Moving towards a method to test for self-censorship by school library media specialists » In School Library Media Research, vol. 5. Disponible sur : http://www.ala.org/aasl/sites/ala.org.aasl/files/content/aaslpubsandjournals/slr/vol5/SLMR_testforselfcensorship_V5.pdf (consulté les 11 avril 2018)

Curry, A., 1997. The Limits of Tolerance: Censorship and Intellectual Freedom in Public Libraries. Landam : The Scarecrow Press.

Curry, A., 1998. « Censure et bibliothèque : sur la corde raide ». In Bulletin d’information de l’Association des bibliothécaires français, n°178, p. 67 – 71.

De Negroni, B., 1995. Lectures interdites. Le travail des censeurs au XVIIIe siècle 1723-1774. Paris : Albin Michel.

Descombes, V., 2006. « La conquête de l’autonomie ». In Sciences humaines, n°175, p. 46-48.

Detienne, Marcel, 2009. Comparer l’incomparable. Paris : Seuil.

Dillon, K. et Williams, C. L., 1994. « Censorship, children, and school libraries in Australia: Issues of concern ».  In Emergency Librarian, vol. 22, n°2, p. 8–14.

Donelson, K., 1981. « Shoddy and pernicious books and youthful purity: Literary and moral censorship, then and now ». In Library Quarterly, vol. 51, n°1, p. 4–19.

Duplessis, P., 2007. « Objectifs éducatifs et enjeux professionnels de l’enseignement info-documentaire : Perspectives de la didactique de l’information ». Journée professionnelle des professeurs documentalistes de l’enseignement catholique de Bretagne <http://www.citedoc.net/animations/Duplessis_Pascal_20071003.pdf>. (consulté le 01/05/2018).

Durand, P., 2004. Médias et censure. Figures de l’orthodoxie. Liège : Université de Liège.

Durand, P., 2006. La Censure invisible. Arles : Actes Sud.

Durkheim, É., 2010 (1895). Les Règles de la méthode sociologique. Paris : Flammarion.

Durpaire, J.-L., 2004. Les politiques documentaires des établissements scolaires, rapport pour le ministère de l’Éducation nationale, mai 2004. Disponible en ligne : http://media.education.gouv.fr/file/39/2/6392.pdf (consulté le 01/05/2018).

England, C., 1974. The Climate of Censorship in Ontario: An Investigation into the Attitudes toward Intellectual Freedom and the Perceptual Factors Affecting the Practice of Censorship in Public Libraries Serving Medium-Sized Populations. Thèse de doctorat : University of Toronto.

Evans, G. E., 1995. Developing library and information center collections. Englewood Libraries Unlimited.

Farrachi, A., 2007. Petit lexique d’optimisme officiel. Paris : Fayard.

Fiske, M., 1959. Book Selection and Censorship: A Study of School and Public Libraries in California. Berkeley : University of California Press.

Foucault, M., 1975. Surveiller et Punir. Paris : Gallimard.

Foucault, M., 1976. Histoire de la sexualité, t. 1. La Volonté de savoir. Paris : Gallimard.

Gabilliet, J.-P., 1999. « Avant-propos » In. Crepin, T. et Groensteen, T., 1999. « On tue à chaque page ! » : la loi de 1949 sur les publications à destination de la jeunesse. Paris : Temps, p. 5-6.

Goffman, E., 1973 (1956). La Mise en scène de la vie quotidienne, t.1. La Présentation de soi. Paris : Minuit

Goffman, E., 1974. Les rites d’interaction. Paris : Minuit.

Gramsci, A., 1996. Cahiers de prison. Paris : Gallimard.


Halimi, S., 1997. Les Nouveaux Chiens de garde. Paris : Liber-Raisons D’agir.

Harmeyer, D., 1995. « Potential collection development bias: Some evidence on a controversial topic in California ». In College & Research Libraries, vol. 56, p. 101–11.

Hedjerassi, N. et Bazin, J.-M., 2013. « Professeur-e-s documentalistes : une identité professionnelle toujours problématique ? » In Recherche & formation, 3/2013 (n° 74), p. 71-86. Disponible en ligne : http://www.cairn.info/revue-recherche-et-formation-2013-3-page-71.htm (consulté le 01/05/2018).

Hopkins, D. M., 1992. « Perspectives of secondary library media specialists about material challenges ». In School Library Media Quarterly vol. 21, n°4, p. 15–24.

Hopkins, D. M., 1993. « A conceptual model of factors influencing the outcome of challenges to library materials in secondary school settings ». In Library Quarterly, n°63, p. 40-72.

Hopkins, D. M., 1998. « Toward a conceptual path of support for school library media specialists with material challenges ». In. School Library Media Quarterly Online 1. www.ala.org/ala/aasl/aaslpubsandjournals/slmrb/slmrcontents/volume11998slmqo/mcafe e.htm (accessed Mar. 10, 2006).

Jacoutot, J., 2016. « Le Métier d’enseignant documentaliste ». In Revue de l’Enssib [en ligne], 2016, n° 4 <http://bbf.enssib.fr/revue-enssib/consulter/revue-2016-04-010>. (consulté le 01/05/2018).

Jenkins, C. et Odean, K., 1988. « Recently challenged children‘s and young adult books ». In Journal of Youth Services in Libraries, vol. 1, p. 275–82.

Jenkinson, D., 1994. « The changing faces of censorship in Manitoba‘s public school libraries ». In Emergency Librarian, vol. 22, n°2, p. 15–21.

Joubert, B., 2007. Dictionnaire des livres et journaux interdits : par arrêtés ministériels de 1949 à nos jours. Paris : Electre.

Kerns, B. et Bly, L., 1987. « Lust in the dust : Are our selections just ? ». In Arkansas Libraries, vol. 44, n°2, p. 14–17.

Kuhlmann, M., 2005. « Élus et bibliothécaires aux prises avec la censure ». In ADBDP (Association des directeurs de bibliothèques départementales de prêt). Disponible sur : http://www.adbdp.asso.fr/spip.php?Article516 (consulté le 11 avril 2018).

Kuhlmann, M., Kuntzmann, N. et Bellour, H., 1989. Censure et bibliothèques au XXe siècle. Paris : Cercle de la librairie

Le Breton, D., 2016 (2004). L’interactionnisme symbolique. Paris : PUF.

Le Gouellec-Decrop, M.-A., 1997. Les documentalistes des établissements scolaires : émergence d’une profession écartelée en quête d’identité, thèse de doctorat, université de Nantes.

Leon, S. J., 1973. « Book selection in Philadelphia: the survey of the handling of certain controversial adult material of Philadelphia area libraries ». In Library Journal vol. 98, n°7, p. 1081-1089.

Macé, L., 2015. « Introduction ». In Macé, L., Poulouin, C. et Leclerc, Y. Censure et Critique. Paris : Classiques Garnier, p. 7 – 22.

Martin, L, 2006. « Penser les censures dans l’histoire ». In Sociétés & Représentations, n°21, p. 331 – 345.

Martin, L., 2009. « Censure répressive et censure structurale : comment penser la censure dans le processus de communication ? » In Questions de communication, n°15, p. 67 – 78.

Mauss, Marcel, 2004 (1950). Sociologie et anthropologie. Paris : PUF.

McClure, A., 1995. « Censorship of children‘s books ». In Lehr, S. (1995). Battling dragons: Issues and controversy in children‘s literature. Portsmouth : Heinemann

Mckee, R. E., 1977. « Censorship research: Its strengths, weaknesses, uses, and misuses ». In Busha, C., 1977. An Intellectual Freedom Primer. Littleton : Libraries Unlimited.

Mead, G.H., 1963. L’esprit, le soi et la société. Paris : PUF

Netz, R., 1997. Histoire de la censure dans l’édition. Paris : Presses universitaires de France.

Ory, P., 1984. « Mickey go home. La désaméricanisation de la bande dessinée ». In Vingtième siècle. Revue d’histoire, vol. 4, pp. 77-88.

Peck, R., 1997. « From strawberry statements to censorship ». In School Library Journal, vol. 43, p. 28–29.

Polastron, L. X., 2004. Livres en feu: histoire de la destruction sans fin des bibliothèques. Paris : Denoël.

Quivry, R. et Van Campendhoudt, L., 2006. Manuel de recherche en sciences sociales. Paris : Dunod.

Rey, A. (dir.), 2016 (1992). Dictionnaire historique de la langue française. Paris : Le Robert.

Rickman, W., 2010. « A Study of self-censorship by school librarians ». In School library research, vol. 13. Disponible sur : http://www.ala.org/aasl/sites/ala.org.aasl/files/content/aaslpubsandjournals/slr/vol13/SLR_studyofself-Censorship_V13.pdf (consulté le 11 avril 2018).

Ridderstad, A., 2002. « L’édition française sous l’Occupation (1940-44) ». In Romansk Forum, n°16, p. 697 – 703.

Roelens, N., 2008. « Censure ou sensure ? ». In Communication et langages, n°155, p. 3-26.

Rolland, A., 2008. Qui a peur de la littérature ados ? Paris : Thierry Magnier.

Sapiro, G., 2011. La Responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France, XIXe-XXIe siècles. Paris : Seuil.

Sauvayre, R., 2013. Les Méthodes de l’entretien en sciences sociales. Paris : Dunod.

Savard, R., 1984. A Study of the Orientation towards the Generic and Field- Specific Models of Professionalism Among Public Library Personnel in Quebec. Thèse de doctorat : University of Toronto.

Schrader, A. M., 1995. Fear of Words: Censorship and the Public Libraries in Canada. Ottawa : Canadian Library Association.

Serebnick, J., 1979. « A review of research related to censorship in libraries ». In Library Research, n°1, p. 95-118.

Lazimet, B. et Silem, A. (dir.), 1997. Dictionnaire encyclopédique des sciences de l’information et de la communication. Paris : Ellipses.

Soulé, V., 1999. « Censures et autocensures ». In Bulletin des bibliothèques de France (BBF), n° 3, p. 44-48.

Tulving, E. et Thomson, D.M., 1973. « Encoding specificity and retrieval processes in episodic memory » In Psychological Review, vol. 80, n°5, p. 352 – 373.

Viry, C., 2011. « Anastasie, ses jeux de masques, de miroirs & d’ombres». In InterCDI, n° spécial 232, p. 4 – 6.

Weil, F., 1999. Livres interdits, livres persécutés : 1720-1770. Oxford : Voltaire Foundation.

White, E. N., 1988. A Heuristic study of the attitudes of school library media specialists toward intellectual freedom and censorship. Thèse, Georgia State Univ.

Wiener, N., 1950. « Speech, langage and learning ». In The Journal of the Acoustical Society of America nº22, p. 696.

Woods, L. B. et Salvatore, L., 1981. « Self-censorship in collection development by high school library media specialists: A Study of the practice of self-censorship by librarians in the nation’s secondary school library media centers ». In School Media Quarterly, vol. 9, n°2, p. 102–08.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *