FAQ : survivre aux épreuves écrites

Bonjour à tous!

Je l’avoue, j’ai quelque peu pris mon temps pour faire cette FAQ … Sorry

Voici donc mes réponses à vos questions (j’ai choisi de ne répondre pour le moment qu’aux questions portant sur les écrits).

 

Où effectuais-tu ta veille informationnelle? Quelles sont les sites que tu consultais régulièrement?

Je vous renvoie à mes articles consacrés à la veille informationnelle Devenir un(e) de la veille! et Être au top de sa veille avec la syndication de contenu. Vous y trouverez les différents outils que j’ai utilisés (Facebook, twitter, Netvibes).
Toutefois, une grande partie de ma veille s’est faite en écoutant la radio le matin. Surveiller l’actualité permet de se tenir au courant des débats et des questions autour du numérique et de l’éducation… cela qui permet d’inscrire sa réflexion dans les enjeux sociétaux contemporains. Je vous rassure, je ne passais pas ma journée à veiller. Une à deux fois dans la semaine, je faisais le tour de mes outils de veille pour ne creuser qu’une ou deux informations qui pouvaient me sembler pertinentes.

 

Combien d’entraînements as-tu effectués?

Je dois avouer que je n’ai pas fait partie des élèves modèles. J’ai suivi la formation à l’espe, mais je n’ai fait que peu de capes blanc. La question n’est pas de savoir combien d’entraînements il faut faire pour être prêt. Certains le seront de suite, d’autres auront besoin de plus de temps. Il faut surtout être à l’aise avec la gestion du temps, le fait de problématiser et de faire un plan. Une fois que tout cela est bon, il n’est pas indispensable de s’astreindre à faire à l’infini des entraînements (une de mes amies n’a assisté qu’à un seul capes blanc pour l’épreuve de savoir académique et y a eu un 15 au concours).
Je pense que le plus important est de savoir bien gérer, voire chronométrer de manière drastique son temps. Faire l’ensemble du travail est la clé. Même s’il n’est pas parfait, il sera toutefois mieux que celui de quelqu’un qui rend un travail incomplet quelle que soit sa qualité.

 

Comment t’y es-tu préparé?

J’ai lu, relu, rerelu encore et encore même fiche… au point de ne plus pouvoir les voir en peinture! Pas de secret de ce point de vue là. Sinon, j’ai aussi passé de longues heures à parler de SIC avec l’amie citée plus haut. Cela m’a beaucoup aidé à fixer les informations et à compléter mes lacunes. D’ailleurs, si jamais elle lit cet article, je l’en remercie! #VH

 

As-tu quelques conseils en terme de méthodologie pour le jour du concours?

Je vous renvoie à mes articles sur les épreuves écrites : Tout ce que vous devez savoir pour réussir l’épreuve de maîtrise de savoirs académiques et Aborder l’épreuve sur dossier sans crainte. Vous y trouverez des indications sur les attendus de contenus des différentes épreuves et surtout (!!) des indications temporelles pour gérer au mieux votre temps.

 

Pour l’épreuve de politique documentaire, dans le corps du devoir lorsque l’on cite un document, doit-on citer le titre du document en entier la première fois, ou ne se limiter qu’au numéro du document ?

Les deux sont possibles. Cependant, si vous citez le document par son titre, n’oubliez pas d’indiquer son numéro entre parenthèse.

 

Peut-on citer également d’autres documents dans le corps du devoir, autre que ceux mentionnés dans le plan?

Absolument pas!
Dans la note de synthèse, vous ne devez faire figurer que les auteurs et les articles présents dans le dossier documentaire. Ce ne sera que dans la conclusion personnelle que vous pourrez le faire!
N.B.: J’ai entendu dire cette semaine que la conclusion personnelle vaut pour 1/3 de la note. C’est énorme, donc autant s’organiser correctement pour la faire et y accorder autant d’attention que pour le reste de l’épreuve.

 

J’avoue être un peu perdue dans les référentiels, textes de référence et programmes… aurais-tu quelques conseils pour me repérer dans toutes ces informations?

Voici une réponse que personne ne vous donnera : nous sommes tous un peu perdu avec tout cela.
Malgré tout, on peut dire que les ressources à avoir en tête sont les suivantes:

 

Pour l’épistémologie, peut-on s’en sortir si on ne cite pas toutes les dates-clé? J’ai peur de ne pas réussir à tout retenir…

Tout à fait!
L’important est de savoir situer les événements et les auteurs entre eux et dans leur période (dans les années 60, au milieu du 20ème siècle, durant le 18ème siècle). Si vous ne vous souvenez pas de tout (ce qui est normal), montrez au moins que vous avez une idée du déroulement général des choses.

 

J’ai l’impression de commencer à avoir assimilé des connaissances depuis environ 1 mois. Est-ce fréquent ?

Rien d’alarmant à cela. Les SIC sont une nouvelle discipline pour beaucoup de candidats. Il faut donc un temps pour s’y adapter. Personnellement, j’ai commencé à noter les changements en décembre. Vers février-mars, je voyais le monde en SIC.

 

À ton avis, avec ton recul, qu’est-ce qui prime dans la réussite des écrits ? Qu’est-ce qui fait « la différence » ?

Je dirai que c’est un ensemble de choses:

  1. Une bonne préparation : il s’agit d’un concours… le tout n’est pas de le préparer à l’arrache en un mois en se disant que cela va passer. Une préparation continue et sérieuse joue indéniablement. Je pense que vous avez tous pris au sérieux cela, donc de ce côté-là, je ne m’inquiète pas pour vous.
  2. Ne pas être scolaire :  avoir les connaissances académiques, c’est bien. Montrer en plus que l’on se tient au courant des choses qui se passent dans le monde, contextualiser sa réflexion sont des éléments clé, cela fait aussi toute la différence entre les copies. Tous les candidats sont capables (ou devraient) être capable de savoir qui sont Otlet, Briet ou Liquète. Mais apporter votre patte personnelle à la réflexion, démontre que vous êtes curieux et une certaine forme de professionnalisme.
  3. Le psychisme : ne pas craquer le jour J! Votre pire ennemi, c’est vous-même! Le sujet peut ne pas vous inspirer; pire, vous n’y comprenez rien… Respirez un bon coup, soyez méthodique et dites-vous que les autres candidats sont dans le même état que vous. Si vous avez préparé sérieusement votre capes, vous avez forcément un nombre suffisant de connaissances pour vous en sortir. Et ce n’est pas parce que la première épreuve s’est mal passée qu’il en sera de même pour la deuxième ou inversement. J’ai croisé bon nombre de personnes qui se sont vautrées à l’une des épreuves et qui ont réussi à aller aux oraux rien qu’avec la note de l’autre. Accrochez-vous! Battez-vous! Et mettez sur OFF la petite voix qui vous dit que vous n’y arriverez pas!

 

J’espère que cette FAQ vous aurez aidé!

 

Prenez soin de vous et décompressez un peu.
Et comme le dit Yoda « Do. Or not Do. There is no try« 

 

 

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *